2, Rue Neuve L-6581 ROSPORT(+352) 73 03 73

Weingut Bründlmayer – Kamptal – Autriche

Historique

La Weingut Bründlmayer est situé à Langenlois, à quelques 70 km au nord-ouest de Vienne, dans la vallée du Kamp, affluent du Danube qui a laissé son nom à cette région viticole (Kamptal) de Basse-Autriche. Willi Bründlmayer, et sa femme Edwige, dirigent ce domaine dont les origines remontent au XVI ème siècle. Le vignoble couvre près de 75 ha de vignes, la plupart situés en coteaux, répartis sur plusieurs crus (Zöbinger Heiligenstein, Lamm et Käferberg). Willi Bründlmayer est un vigneron dynamique, moderne et novateur, très attaché à l’idée que les grands vins naissent d’abord d’une vigne saine. Partiellement conduites en lyre, et travaillées en agriculture biologique, les vignes offrent des raisins sains, vendangés à belle maturité. Fermentation (levures indigènes) en cuve ou fût, élevage en barrique (3 à 18 mois), les vinifications sont à la fois simples et soignées, ce qui se traduit dans la grande précision et netteté des vins de Bründlmayer. Dans une gamme aussi large que fiable il faut distinguer des Grüner Veltliner d’exception, puissants, minéraux et de belles gardes.

Les cuvées disponibles

  • Grüner Veltliner « Kamptaler Terrassen »
  • Grüner Veltliner « Ried Loiserberg »
  • Grüner Veltliner « Käferberg » Erste Lage
  • Grüner Veltliner « Lamm» Erste Lage
  • Grauburgunder « Spiegel »
  • Riesling « Kamptaler Terrassen »
  • Riesling « Steinmassel » Erste Lage
  • Riesling « Heiligenstein Alte Reben » Erste Lage
  • Pinot Noir „Dechant“
  • Pinot Noir „Cécile“

Questions "tire-bouchon" à Willi Bründlmayer

Comment êtes-vous arrivé au métier de vigneron?
Willi : Par mes parents. Je suis né à Langenlois dans un domaine viticole. J’y ai toujours vécu et j’y vis encore aujourd’hui avec le plus grand plaisir avec mon épouse de nationalité française. Entretemps j’ai cheminé dans divers jardins viticoles du monde.

Un souvenir de votre 1er millésime?
Willi : 1980 : mince et acide, 1981 : un mois de mai givré ! … un début difficile !

Quel est le caractère de vos vins?
Willi : Les vins réussis racontent une histoire : l’histoire du terrain, du soleil, du mauvais temps, de la chaleur et du froid. J’espère que nos vins racontent l’histoire d’un environnement respectueux des vignes, des raisins et du vin dans les caves. Tous ces vins tendrement bichonnés deviennent des pièces uniques, des personnalités qu’on peut aimer ou pas du tout, qu’on peut adorer ou détester. Mais ils ne devraient pas laisser indifférents.

Le vin dont vous êtes le plus fier et pourquoi?
Willi : Des situations uniques avec leurs personnalités incroyables : Berg Vogelsang, Käferberg, Spiegel, Steinmassel, Heiligenstein… ils sont comme des enfants, chacun a des propriétés individuelles et incomparables.

Un vigneron qui vous a influencé ou que vous aimez particulièrement?
Willi : Paul Draper de Ridge ….. Montebello et ses Zinfandels incomparables, surtout sa personnalité, son approche et sa recherche de la perfection jusque dans le moindre détail.

L’outil indispensable du vigneron?
Willi : Les yeux, les mains, le nez, le palais.

Que recherchez-vous dans un vin?
Willi : Les mêmes choses qu’on espère d’un ami : ouvert au dialogue, inspirant, enflammé et généreux, plein d’équilibre, ni rustique ni déviant, fin et robuste.

Un film et un vin?
Willi : Deux vins : un Grüner Veltliner, un vin léger et frais en même temps et un Zweigelt de deux ans. À l’écran : Match Point de Woody Allen. Mais aussi Sideways avec une bouteille de Merlot de mon fils Vincent.

Un livre et un vin?
Willi : Egon Friedell: « L’histoire de la civilisatoin des temps modernes » …. avec une verticale du Riesling Heiligenstein du début jusqu’à aujoud‘hui. Bruce Chatwin: « Utz » avec une bouteille de Chateau-Grillet.

Quel vin avez-vous récemment mis en cave?
Willi : Schloß Gobelsburg Lamm 2013; Josmeyer, Brand, 2010; Clos de la Roche, Dujac, 2002

Une passion compatible avec le métier?
Willi : Je ne connais aucune passion qui n’est pas compatible avec un bon verre de vin. Mais je peux aussi ne rien faire, car rien n’est plus beau, que de laisser reposer ses sens après une journée de travail.

Categories: Portraits des vignerons