2, Rue Neuve L-6581 ROSPORT(+352) 73 03 73

Vinitaly 2015 … Marathon Wine…Jour 1

Le marathon du printemps, c’est Vinitaly. La grand-messe des vins d’Italie avait lieu à Vérone fin mars et concentrait 4000 exposants sur plus de 95000 m² de salon. 4 jours d’évènements, de rencontres, de dégustation, de découverte et d’impression positive.
Nous avons concentrés nos efforts sur 2 jours, dégusté plus de 160 vins et parcouru toute l’Italie ou presque.
Extraits choisis ;

Rocca di Montegrossi

Marco Ricasoli en pleine forme, son Chianti Classico 2013 régale, élégant et floral.
San Marcellino 2010 : soyeux et structuré, il digère son bois neuf. Grande profondeur de fruits noirs aux tanins nobles.
Geremia 2011 : petite production de Merlot et de Cabernet Sauvignon pleine de fraîcheur. Droit tel un Gentleman anglais, ce puits aromatique à un bel avenir.

Sassetti Pertimali

Deux véritables coups de cœur dans les entrées de gamme, la matinée est décidément pleine de surprise.
Monteccuco 2012 : impressionnant de structure et de puissance, ce Sangiovese en a sous l’étiquette ! Véritable petite bombe pour tous les jours.
Rosso di Montalcino 2013 : définition d’un grand « petit vin ». il y a du jus, du peps, de la complexité tirant sur le cuir, le noyau de cerise et les épices. Superbe !!!!
A mettre en cave : Brunello 2010, simplement magnifique, un grand vin en devenir.

Braida

Norbert Reinisch est fidèle à sa bonne humeur, elle va de pair avec les vins, pleins de joie. A boire pour l’été en terrasse, Il Bacciale possède un joli coté fumé, frais et gourmand.
L’élégance pure, c’est Bricco della Bigotta 2011. Ce vin à tout pour plaire. Voluptueux à la longue matière épicée.
A mettre en cave : Ai Suma 2012, purée comme c’est bon !!! Juste magique, produit dans les années favorables. Pas de 2013 et de 2014.

Elio Altare

Sylvia Altare est fière des 2011, des classiques à l’état pur.
Plongée en Barolo, 2011 est un archétype, profond et plein de charme aux jolis tanins. Un must d’Elio Altare.
Dernier millésime du fameux Brunate, le généreux et dense 2011 finit en beauté sur ce magnifique terroir. Fin de location… Cannubi 2011 prend le relais, au soyeux envoutant et tanins fermes.
La grande nouveauté, c’est le Barolo Unoperuno, premier millésime en 2011. Comme son nom l’indique, les baies sont triées UNE PAR UNE à la main, véritable torture pour les yeux, ce travail de fourmis dure 11 jours. L’étiquette est celle du père d’Elio, elle annonce un immense vin!

Elio Grasso

Gianluca Grasso reçoit, calme et détendu comme à son habitude. On discute millésime et il nous confirme que 2014 fût une année très complexe tant au niveau sanitaire que qualitatif. Le Barolo Runcot 2014 ne verra d’ailleurs jamais le jour, il ira rejoindre le Gavarini tout comme en 2011 et 2012.
Les Dolcetto et Nebbiolo Gavarini 2014 sont pourtant très juteux et faciles. Ils feront de bons vins à boire dans leur jeunesse.
En Barbera, la Vigna Martina 2012 éblouit telle une jolie femme. Elle possède un coté sensuel et élégant qui fera danser plus d’un tire-bouchon. Ça grandit, ça évolue, c’est juste magnifique !
Barolo Gavarini 2011 confirme la tendance de cette belle année, ouvrant la porte au charme, la structure et la densité.
Runcot 2008, interprétation moderne du Barolo selon Gianluca, passe 48 mois en fût de chêne neuf. Of course c’est boisé et toasté mais délicat et fin. Il à l’avenir devant lui.

Chiara Boschis – Pira & Figli

Passage en revue des Barolo 2011, sérieux et bien fini comme Chiara les aime.
Via Nuova : assemblage de plusieurs parcelles, c’est un vin de grande fraîcheur, droit et fin. Un peu serré à ce jour.
Mosconi : très beau cru profond et musclé. Forte personnalité aux accents de cerise noires et de tabac. Pour les amateurs de Barolo viril et massif.
Cannubi : ce que l’on aime avec le Cannubi, c’est son côté soie pure et sa tendresse. Il enveloppe, il envoute et impressionne par son ossature. Magnifique terroir traversé par une rivière souterraine, assurant maturité et baies juteuses.

La Spinetta

On débute coté Toscan, le Nero di Casanova 2011 y est très réussi, surprenant de structure et de richesse. C’est tendre et c’est long sur une belle matière.
Retour dans le Piemont où Ca di Pian 2011 issu de jeunes vignes séduit par sa fougue et sa rondeur. Un vari bol de fruits frais aux épices. Pin 2011 est fidèle à sa structure. Assemblage de Nebbiolo et de Barbera aux arômes riches de pruneau et de cerises noires. Pour les amateurs de gourmandises!

Conterno Fantino

Bien cachées au milieu des parcelles de Ginestra et Bricco Bastia, ces vignes de Chardonnay produisent un grand vin au boisé généreux (16 mois de fût). Séduction et élégance, à boire ou à garder.
2014 sur le grill : Dolcetto et Barbera sont très construits et reposent sur une fine structure tannique, souple malgré tout. Plus réservé, le Nebbiolo offrait lui des arômes de girofle, de cannelle et de pain d’épices.
Vigna del Gris 2011 est une bombe de complexité bien ciselée là où le Mosconi 2011, plus profond et plus noir, est plus large d’épaules.

Terre Nere

Il est fier et heureux Marc de Grazia ! Ces 2014 sont absolument grandioses !!! Meilleur millésime jamais produit, les blancs de l’Etna, Bianco et Vigne Niche, sont puissants et gras tout en gardant cette caractéristique minérale issue de ce grand terroir volcanique. Gros gros coup de cœur pour ces deux vins blancs.
Le Rosso n’est pas en reste, la matière fuse, la mâche enrobe le palais. Ça claque en finale.
En 2013, les cuvées Santo Spirito et Préphilloxérique ont des accents de Côte de Nuits. Ca virevolte, ça chante en bouche et c’est long. Difficile de faire un choix tant les deux sont flatteurs même si le Santo Spirito est plus tendre et sensuel tandis que le second, plus timide demandera un plus de temps pour se laisser découvrir.

Michele Satta

En 2014, Costa di Giulia mise sur la fraîcheur, le fruit et l’harmonie. Ça plait et c’est glou-glou, un joli vin de soif.
Giovin Re 2012 joue une autre gamme, c’est un Viognier mûr sur l’abricot et les agrumes. Ça bouscule en bouche, le bois est fondu sur un ensemble qui reste tonnique.
Généreux Piastraia 2011, il annonce une belle garde. Tout en muscle, sa longueur est phénoménale. C’est rond et c’est bon.
Attention magique Castagni 2007. Superbe de complexité à l’empreinte balsamique et à la fine touche minérale apportée par le Teroldego. Wahouuuu !

Benjamin Fanuel

Categories: Nos dégustationsTags: , ,