2, Rue Neuve L-6581 ROSPORT(+352) 73 03 73

Domaine Chignard – Beaujolais – France

Historique

Cédric Chignard est en charge du domaine de 8 ha depuis 2007, il représente la 5e génération. Son père, Michel, grand vigneron passionné, a su lui transmettre les valeurs qui ont fait la réputation de leurs vins, respect des traditions et des terroirs de Fleurie. Installés à proximité de leurs 8 hectares de vignes au lieu-dit « Point du Jour », ils gardent un œil attentif et permanent sur leurs vignes.
Vendanges manuelles, vinification traditionnelle en grappes entières et élevage en cuve ou en foudres, tout cela permet de produire de grands vins sur un terroir exceptionnel à Fleurie.
Issue d’un sol pauvre et granitique de couleur pourpre, la cuvée « Les Moriers » possèdent tout ce dont on attend d’un cru de grande classe. De jolies nuances de fruits des bois et de fleurs adossées à une structure aux tanins souples allient puissance et finesse. La Vieilles Vignes, elle, demandera un peu de patience tant son potentiel aromatique est incroyable. La couleur est plus soutenue sur des arômes de fruits cuits tout en gardant un superbe équilibre.
Juteux et gourmand, les Juliénas et Beaujolais villages ne sont pas en reste, de véritable vins de copains, frais et fruité et à la minéralité rafraichissante. De jolis vins de tous les instants !

Les cuvées disponibles

Beaujolais Villages
Fleurie « Les Moriers »
Fleurie « Cuvée Spéciale » Vieilles Vignes
Julienas

Fleurie Cuvée Spéciale - Domaine ChignardFleurie Les Moriers - Domaine Chignard

Questions "tire-bouchon" à Cédric Chignard

Comment êtes-vous arrivé au métier de vigneron?
Cédric : Vignerons depuis 4 générations sur le même domaine. Appréciant déjà la nature, c’est lorsque j’ai commencé à déguster et savourer les vins et leur diversité que ce métier s’est imposé.

Un souvenir de votre 1er millésime?
Cédric : Même si j’ai participé à la production et à la vinification de millésimes plus anciens, le 1er millésime vinifié totalement est 1998. De retour d’un stage en Australie, j’ai donc participé à la vinification de 2 récoltes cette année là (en Mars en Australie et Septembre en France!)
Un millésime un peu dur dans sa jeunesse mais très intéressant après quelques années de garde. Mais 1999 est le 1er millésime pour la production et la vinification: le souvenir de ce très joli millésime est un nez inoubliable dominé par la cerise!

Quel est le caractère de vos vins?
Cédric : Avec une vinification traditionnelle sans pousser l’extraction des tanins, je privilégie la finesse et l’expression du terroir.

Le vin dont vous êtes le plus fier et pourquoi?
Cédric : Peux-être le millésime 2010, très bien équilibré avec de la finesse et de la fraicheur, il est arrivé très attendu derrière le très riche et médiatique 2009. Je pense qu’il a fini de convaincre beaucoup de personnes qui était revenues vers les crus du beaujolais pour le millésime 2009 , avec des atouts beaucoup plus spécifiques voir exclusifs au gamay. J’aime la succession de millésimes aux caractères différents.

L’outil indispensable du vigneron?
Cédric : Le verre permet d’apprécier tout le travail de l’année.

Que recherchez-vous dans un vin?
Cédric : L’osmose entre la typicité du terroir et l’originalité du millésime.
J’aime quand un vin est à la fois très typé et à réussi à me surprendre.

Une passion compatible avec le métier?
Cédric : Le voyage: la découverte de la diversité des cultures et des paysages. Un point commun avec le vin : comme lorsque l’on déguste une bonne bouteille il faut prendre sont temps pour vraiment découvrir !

Categories: Portraits des vigneronsTags: , ,